Skip to content

Arrivés à bon port

En arrivant à Urumqi, ville de plus de 3 millions d’habitant, nous décidons de raccourcir notre dernière étape pour rejoindre Suzhou. Le trafic est trop dense et seules des voies rapides permettent d’entrer dans ces villes importantes. Nous choisissons de prendre un train pour Hefei, ville à environ 400km de Suzhou. La situation est finalement pire, sortir de Hefei est un calvaire. Nous pédalons sur des boulevards aériens aux côtés de voitures et camions. Après 15 kilomètres nous trouvons refuge dans un hôtel en périphérie de la ville. Le jour suivant, après 60 kilomètres de conurbation, la chaleur étouffante associée aux crevaisons à répétition anéantit notre volonté. Nous ne prenons plus plaisir à pédaler, Suzhou est en ligne de mire, plus rien ne croisera notre route. Nous avons juste envie d’arriver. Le lendemain, un train abrège les 300 derniers kilomètres qui nous séparaient de Suzhou. Tout s’enchaîne, médias, reportages, exposition photo, conférence de presse. Nous voilà arrivés.